Comment ça marche ?

 

 

Qu’est-ce qui fait que, face à un type de situation, notre comportement échappe parfois à notre volonté ? Les découvertes scientifiques des dernières décennies peuvent nous aider à comprendre.

 

La Structuration du cerveau humain

La théorie du « cerveau triune« , issue des travaux du chercheur Paul Mc Lean (années 70) présente notre cerveau comme une structure en trois dimensions qui se sont « empilées » au cours de l’évolution et dont chacune continue à remplir ses fonctions spécifiques :

Le cerveau reptilien, issu des reptiles, gère les capacités basiques nécessaires à la survie : se nourrir, se reproduire, se déplacer.

Le cerveau limbique, apparu avec les mammifères, gère les émotions. Il peut être assimilé à une immense banque de données où tous nos ressentis sont mémorisés en termes de plaisir ou de douleur, parfois à notre insu.

Le néo-cortex, couche extérieure de l’encéphale, a pris chez les humain un développement important. Dans l’hémisphère gauche, il intervient pour le langage, les capacités logiques, analytiques ; dans l’hémisphère droit, il permet les approches plus globales, synthétiques, intuitives, esthétiques…

Brain 1

 

Les conflits internes

Une simple analogie perçue dans une situation peut réveiller un vécu passé douloureux, même si la personne n’en est pas consciente. Alors, la libre volonté d’agir peut se trouver en conflit avec une réaction du « système automatique de protection » qui cherche à éviter le retour de la douleur, soit par la fuite de la situation, soit par la lutte qui cherche à en détruire la cause (travaux du Pr Henri Laborit sur la biologie des comportements).

Brain 3

 

Le rôle de la Kinésiologie Spécialisée

La personne vient consulter parce qu’elle n’arrive pas à dominer un type d’action ou de situation. L’approche kinésiologique se propose de l’aider sur deux plans :

Comprendre : Nous avons tous constaté que nos muscles reflètent nos états d’équilibre ou de déséquilibre : « les bras m’en tombent » ou « j’ai les jambes coupées ». Le kinésiologue spécialisé va utiliser le test (muscle verrouillé / non verrouillé) pour aider la personne à identifier certaines causes anciennes de ses conflits actuels.

Résoudre : Dans un deuxième temps, il s’agira de désamorcer les réponses périmées du système de protection par l’utilisation de techniques variées, identifiées elles aussi par test musculaire (points réflexes, mouvements, visualisations…)

Le travail en séance permet de trouver du sens (prise de conscience sur le plan mental), un changement des sensations/perceptions sur les plans physique ou émotionnel et une meilleure vitalité sur le plan énergétique. Ces approches contribuent au bien être, à la réalisation de soi et de fait à un bon état de santé.

Meadow 1

 

 

 

Source : Fédération Française de la Kinésiologie Spécialisée